Aujourd'hui, lors d'un dîner accompagné de bons vins, un de mes collègues chinois, avec qui je portais un toast pour la énième fois, m'a demandé ce que signifiait Tchin-Tchin.

Et j'avoue que, mis à part, lui dire que ça ressemblait au bruit des verres qui s'entrechoquent, je n'avais pas de réponse plus poussée.

J'ai donc fait quelques recherches et j'ai découvert d'abord que faire entrechoquer nos verres, remontait à l'époque du Moyen-Âge ! A cette époque, les personnes, qui trinquaient entre eux, avaient peur de se faire empoisonner, ils claquaient donc leurs verres, chacun leur tout, pour qu'un peu de leur breuvage se mélangent au verre de l'autre. Puis ils prenaient une gorgée, tout en se regardant dans le blanc des yeux, une autre coutume que nous avons donc gardé également.

En continuant à chercher, j'ai découvert que le fameux « Tchin-Tchin », qui ne sonne pas très français, proviendrait en réalité de Chine. Au XIXème siècle, des soldats français en campagne en Chine sont revenus en France en disant que « Qing Qing» en mandarin était utilisé pour inviter une personne à boire. Mais selon le Trésor de la Langue Française Informatisé, notre « Tchin-Tchin » viendrait plus précisément de l'expression « tsing-tsing », qui veut dire « salut », en pidgin, une langue locale de la région de Canton, en Chine.

Néanmoins après m'être renseignée auprès de mes collègues, tous cantonnés, cette expression ne leur inspire rien, mais quand on sait que la région de canton comprend une quarantaine de dialectes différents … pourquoi pas ?!

Et même si aujourd'hui, nous ne trinquons qu'une seule fois (le risque d'empoisonnement étant plus rare), nous avons tout de même gardé cette tradition du « Tchin-Tchin ».

A la vôtre !